FANDOM



Naelithbann.jpg

Zénith.png

Beauté démoniaque Modifier

De longs cheveux blonds presque blancs, encadrant un visage fin et juvénile, au teint de porcelaine, des yeux rouge clair… si ce n’était de sa nature démoniaque que l’on devine à ses cornes dorées à peine esquissées sur le sommet de sa tête, la demoiselle pourrait passer pour une albinos. Et une magnifique albinos aux courbes bien dessinées, au physique avantageux, sans tomber dans l’exagération qui entraîne immanquablement la vulgarité : rien de cela chez Naelith, juste une jeune femme attirante selon les standards de ces messieurs, mais aussi, exhalant une certaine fragilité de part sa peau claire et ses cheveux très fins. On pourrait presque dire un prototype de lolita, à mi-chemin entre l’innocence de l’enfance et l’assurance de l’âge adulte. En dehors des cornes, la demoiselle voit également deux protubérances dans le dos, au niveau des omoplates, laissant suggérer des ailes qui ne sont pas encore déployées. Et si on en juge par sa parenté, il y a fort à parier que si ailes il y aurait, elles seraient plus semblables à des ailes de chauves-souris qu’à une symphonie de plumes angéliques. A noter également que ses oreilles sont légèrement pointues, mais cela reste si ténu que quasiment personne ne le remarque, d’autant qu’elle les cache souvent sous sa chevelure. De même, elle dissimule une fine queue noire aux reflets pourprés, terminée par une pointe effilée qui ressemblerait à s’y méprendre à un coeur.

Pour cacher cette ascendance démoniaque, et en accord avec son teint blafard et ses cheveux quasiment sans pigmentation, son père a fait passer Naelith pour une albinos, et lui a demandé de ne porter que de longs vêtements couvrant, pour faire mine de protéger sa peau laiteuse du soleil. Cependant, ce n’était qu’une excuse pour cacher ses attributs non humains aux yeux des autres, et absolument pas ce qu’aurait aimé porter la jeune femme.

Naelith Chibi.png

Naelith

Les drapés, les longues robes blanches, les pantalons, tout cela n’était pas vraiment son style, et Nae aurait préféré se vêtir plus légèrement, ayant une préférence pour ce qui est court, voire peut-être un peu trop... D’ailleurs, lorsqu’elle se retrouvait seule, elle n’hésitait pas à essayer des tenues plus que provocantes… avant de se raviser, et d’imputer cette légèreté passagère à sa nature démoniaque qui la poussait vers ce genre d’excès. Que ce soit très couvrant ou très court, selon les envies du moment, et le degré de décontraction de la demoiselle, sa couleur de prédilection reste le rouge et ses nuances sombres, associé à la pureté du blanc tranché par quelques accessoires noir de jais.

Dualité? Modifier

Si la jeune femme est d’apparence fragile, cette impression s’estompe bien vite quand on apprend à la connaître, car rien n’est moins proche de la petite fille timide que l’on a envie de protéger à tout prix que Naelith.

Avoir un teint si blafard et des cheveux quasiment sans pigmentation chez ces travailleurs de la terre basanés aux cheveux foncés n’était déjà pas un avantage, et Naelith a tout fait pour faire oublier cette différence d’apparence en luttant contre leurs préjugés et ces regards pleins de pitié et/ou de mépris. Ce qui en a résulté est une Nae quasi-garçon manqué, ne se laissant pas marcher sur les pieds, et n’ayant pas sa langue dans sa poche du fait d’un esprit critique assez développé. Voire un peu trop…Un caractère fort tout en excès en somme, mais des excès modérés, car la jeune femme se rend bien compte qu’il n’est pas de tout repos pour les autres de se voir signifier leurs erreurs et leurs défauts. Alors, il lui arrive de prendre sur elle et de se taire, ou de s’excuser… hé oui, Nae n’est pas qu’une chieuse, et l’éducation respectueuse prodiguée par son père lui permettait de réfréner certains de ses instincts.

Il peut arriver que Naelith se montre sous un jour plus féminin, voire carrément… aguicheur. Devenant plus complaisante, elle use de ses charmes sur les hommes pour parvenir à ses fins, qu’elles soient purement pratiques, dans les travaux de la ferme ou plus… grégaires. La démone peut se montrer gentille, très gentille avec ces derniers, ne répondant en cela qu’à sa nature de succube, qui recherche les relations charnelles. C’est à partir de 16 ans que se révéla cet aspect de sa personne, aspect qu’elle ne remarqua pas de primer abord, la succube ne faisant surface qu’à la tombée de la nuit, Naelith ne se souvenant le lendemain que d’une nuit de sommeil sans rêve. Une nuit fatigante sans raison apparente… Ce n’est qu’en entendant les histoires de plus en plus fréquentes de la succube qui prenait un malin plaisir à séduire les hommes du village que la jeune femme réalisa ce qu’il se passait, mais même en connaissance ce cause, elle ne parvient pas à contrôler cette partie d’elle-même, qui peut ressurgir n’importe quand. De plus, en tant que démone, elle possède aussi un certain attrait pour la violence, et un goût du sang assez prononcé. Il est difficile à la jeune femme de résister dès quelle voit le liquide vital, mais jusqu’à présent, elle n’y a jamais succombé, ne désirant faire de mal à personne dans le village.

Garçon manqué ou femme fatale, on pourrait dire qu’il y a deux personnalités quasiment opposées qui sommeillent chez Naelith… Mais est-ce la vraie Nae ? Car sous ces deux aspects se cache une jeune femme qui ne le montrera jamais mais qui tiraillée entre ses deux natures, en proie au doute, et surtout qui a peur d’elle-même…

Ni humaine, ni démone... Modifier

Née de la relation entre un humain et une démone, sa naissance même sur le monde féodal de Servalhean en fait un être rejeté par les deux communautés, les humains par peur, les démons par dégoût et haine. Et d’ailleurs, sa mère n’a eu d’autre choix que de l’abandonner, la laissant à son père pour cette raison précise qu’elle n’avait pas sa place chez les démons.

Pressentant le même problème du côté humain, son père, Dion Heldenst n’eut d’autre choix que de la faire passer pour une humaine, une humaine qui recelait déjà une différence avec son teint blanc, ses cheveux clairs et ses yeux rouges. Il fit attribuer ceci à un albinisme, et se réfugia dans un village loin de la frontière, pensant que sa fille serait plus en sécurité. Et espérant qu’un jour, ces personnes ayant à souffrir moins d’incursions démoniaques et leur influence, accepteraient Naelith pour ce qu’elle était réellement. Ca, c’était l’avenir envisagé, mais tout d’abord, il fallait que la jeune femme puisse s’intégrer en tant qu’humaine avant de prétendre révéler sa véritable nature. C’est donc tranquillement, un peu à l’écart du village, que débuta sa vie, avec pour seule compagnie son père. Mais bien vite, la fillette qu’elle était, déjà assez consciente du fait qu’elle ne devait pas montrer ses cornes et autres attributs, se lassa de cette réclusion et décida de se promener seule dans le village. A la recherche d’une reconnaissance en tant qu’humaine, et une intégration à la communauté, elle désobéit de plus en plus à son père, sans grand incident. Le village, ne voyant plus ce petit être fragile qu’ils connaissaient mais cette demoiselle avec une volonté farouche d’apprendre et de se rendre utile à la communauté – même si elle avait un caractère de cochon – l’accepta volontiers, et son père fut fier d’elle qu’il avait élevée dans un esprit de respect et d’amour allant totalement contre les principes qui régissaient les démons. Jusqu’à ce que la demoiselle atteigne l’âge critique de 16 ans. En même temps que le printemps de leur vie arrive, les adolescents s’épanouissent, et les hormones travaillent… et aussi bien sur Naelith que sur les autres. Sauf que chez une succube, ce n’est pas seulement de flirt et de pulsions dont il s’agit, mais d’actes bien concrets… cette puberté réveilla chez Nae sa véritable nature, et aussitôt la nuit tombée, il n’était pas rare qu’elle se retrouve en galante compagnie, le galant en question ne se souvenant au petit matin que d’un rêve particulièrement plaisant… C’est à partir de là que les soupçons se portèrent sur la jeune fille, car bientôt, les histoires au sujet d’une succube ressemblant curieusement à Nae allèrent bon train. Mais à cause de la réputation de son père, et du fait qu’elle ne possède pas d’ailes ni de cornes très développée comme celle qui hantait leurs nuits, elle fut laissée de côté. Soulagée, la jeune fille avait tout de même peur, non des villageois, mais de la véracité de leurs dires. Car elle ne se souvenait absolument de rien ! Elle n’avait aucune conscience de ces actes qu’elle avait effectués, et qu’elle n’avait par conséquent pu empêcher… Imaginez à quel point la jeune Nae se sentit désemparée et souillée par une telle découverte… Ajouter à cela que ce fut au même moment que la mort accidentelle de son père survint, la jeune fille était totalement désemparée, et éprouva le besoin de se confier à quelqu’un, sa meilleure amie, Saveria. Meilleure amie qui, au lieu d’accueillir la nouvelle de la nature de Naelith comme toute amie le ferait, n’hésita pas une seconde à la dénoncer à tout le village. C’est sur cette note de désespoir chez la succube que s’achève l’histoire de Nae sur Servalhean, alors que les flammes du bûcher lui léchaient déjà les jambes, et que l’ombre du Néant recouvrait les terres aussi bien humaines que démoniaques…

Arbre Généalogique Modifier

     Dion Heldenst + Narabella
                   |
                Naelith 

Modèle:S2

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard